Pourquoi faut-il normaliser les pleurs au travail?

photo de profilZeineb Khalfallah le lundi 9 mai 2022

Il est plus facile de cacher nos émotions quand nous sommes derrière un écran. Pleurer au travail a été normalisé avec le télétravail : il suffit de fermer sa caméra ou d’attendre la fin d’un meeting pour verser quelques larmes. Mais avec le retour au bureau, il sera plus difficile de se cacher derrière son laptop. 

Malheureusement, selon une étude menée en 2018 par une firme de recrutement nommée Accountemps, 38% des employé.e.s et 35% des chef.fe.s d’entreprise pensent que pleurer au travail est un signe de faiblesse et d’immaturité.  Et pourtant, nous passons une grande partie de notre temps au boulot. Doit-on cacher nos émotions 8h par jour à raison de 5 fois par semaine ? Selon la même étude, 45 % des travailleurs.euses ont admis avoir déjà pleuré au travail. Fiou ! Vous n’êtes donc pas le/la seul.e à avoir déjà versé des larmes devant vos collègues.

Les larmes, un antistress naturel

Pleurer est une réaction naturelle de notre corps face à une situation de stress.  Selon un article publié par Harvard Health Publishing, les pleurs sont un mécanisme qui nous permet d’évacuer le stress et la douleur émotionnelle. En effet, l’article souligne que retenir ses larmes en refoulant ses sentiments peut avoir un effet négatif sur la santé en nous rendant vulnérables aux maladies cardiovasculaires, l'hypertension, le stress, l’anxiété et la dépression. Mais dans ce cas ? Pourquoi est-il mal vu de pleurer au travail ?

Dans son article intitulé “Believe It Or Not, It’s OK To Cry At Work”, la psychologue Peggy Drexler souligne que les racines des préjugés contre les pleurs au travail sont sexistes. Elle explique que l’idée de montrer ses émotions au travail est souvent associée aux femmes. Malheureusement, la culture d'entreprise reste encore masculinisée, ce qui ne laisse pas de place au leadership féminin beaucoup plus axé sur l’empathie. 

Pleurer améliore la productivité !

Dans son article, Peggy Drexler ajoute également que les pleurs améliorent la productivité. En effet, ceci permet de faire le ménage à l’intérieur de soi et de dépasser une situation de blocage. En effet, une explosion en larme permet de résoudre des conflits entre collègues de façon plus saine, d’exprimer ses émotions de façon authentique et de dépasser une situation de blocage rapidement au lieu de passer des heures, des jours voire des semaines à ruminer. De plus, selon un article publié par New York Times intitulé “Tears at Work? Just Own Your Cry” faisant référence à Michelle Lam, fondatrice de True & Co, pleurer au travail pourrait rendre la communication au sein des équipes plus authentique. Elle a également expliqué que cette vulnérabilité contribuerait au développement d’un environnement de travail sain basé sur la confiance. 

Cependant, cette dernière met en garde que cette réaction (tout à fait naturel) pourrait mettre mal à l’aise certain.e.s collaborateurs.trices. Il est donc important pour les gestionnaires et responsables en ressources humaines de rendre les pleurs moins tabous et de les normaliser au sein du travail.

 

Quelques conseils pour mieux vivre ses émotions au travail

Oui, pleurer est un mécanisme de défense contre le stress tout à fait normal. Voici quelques actions à mettre en place quand vous vous sentez envahi.e.s par vos émotions :

1- Respirer profondément

Avez-vous déjà remarqué que votre respiration est liée à vos émotions? Durant les moments de stress, celle-ci devient entrecoupée, rapide et non contrôlée. À l’inverse, quand on est apaisé.e, notre respiration est fluide. Il est donc important de prendre une pause afin d’observer sa respiration durant les moments de stress. Inspirer profondément et expirer en douceur à chaque fois que vos émotions prennent le dessus.

Vous pouvez également sortir marcher afin de changer d’air.

2- Pleurer un bon coup!

Ne retenez pas vos émotions, elles finiront par resurgir un beau jour par surprise!

Au lieu de les refouler, prenez juste le temps de les vivre en vous autorisant un moment de vulnérabilité durant lequel vous pouvez pleurer et exprimer vos sentiments.

3- Parler avec sa collègue BFF

On a tou.te.s ce.tte collègue qui nous fait sentir compris.e, soutenu.e et accepté.e. Prenez une pause avec ce.tte collègue pour lui partager vos ressentis. Il/elle vous aidera sans doute à mieux comprendre vos émotions et à trouver des solutions. 

4- Rester à l’écoute des signes de dépression et d’anxiété

C’est ok de pleurer de temps en temps. Par contre, quand les pleurs réguliers peuvent révéler un problème sous-jacent comme un burn-out, une dépression ou une anxiété. Prenez le temps d’observer vos émotions et ne tardez pas à prendre rendez-vous avec un.e professionnel.le de la santé si vous avez des doutes sur votre santé mentale. Mieux vaut prévenir que guérir! N’attendez pas que votre vase soit trop plein pour prendre votre bien-être en main.

Nous espérons que ces quelques lignes vont changer votre perception des pleurs au travail et vous aideront à mieux accepter vos émotions. Vous souhaitez parler de mesures flexibles et de management bienveillant avec votre employeur? Consultez notre section Leadership flexible pour faire le plein d’inspiration.