Pourquoi il est important de savoir dire non pour votre mieux-être au travail

photo de profilAlix le lundi 17 janvier 2022

Savoir dire non est important pour favoriser votre mieux-être au travail. Et si vous appreniez à le faire à votre rythme et en toute justesse ?

Avez-vous déjà dit « oui » alors que vous pensiez « non » ? Dans la vie comme au travail, savoir dire non est loin d’être facile pour plusieurs raisons. Nous pouvons avoir peur d’être mal perçu.e, de décevoir, de vexer, de déclencher un conflit, nous pouvons avoir peur de remettre en question l’autorité notre gestionnaire ou tout simplement, nous n’osons pas dire non par manque de confiance en nous. En effet, le fait de dire « oui » peut nous rassurer : on a ainsi le sentiment d’avoir un bon rôle, de se montrer compétent et de ne pas faire de vagues, en bref : d’être un.e employé.e fiable, consciencieux.se et impliqué.e dans son travail. Qui plus est, si vous visez une promotion de poste et une augmentation de salaire, vous avez l’impression qu’il faut toujours en faire plus pour vous en montrez digne.

Apprendre à dire non est une force

Et pourtant, accepter à contrecoeur tout ce que l’on vous demande n’est pas bénéfique… À terme et à force de répétitions, cela peut avoir des retombées négatives sur votre stress, votre charge mentale, sur votre estime de vous-même et celle que les autres vous portent.

Apprendre à dire non est une force. Cela permet de fixer vos propres limites, d’affirmer vos choix, d’asseoir votre capacité décisionnaire, autant pour vous et que pour votre équipe de travail qui vous côtoie chaque jour. Ainsi, en sachant dire non, vous oserez prendre votre place légitime au sein de l’équipe, vous gagnerez en confiance et vous vous sentirez plus en adéquation avec votre rythme.

Pouvoir se sentir soi-même, en accord avec vos principes et vos valeurs, c’est essentiel pour prendre soin de votre mieux-être au travail.

Rassurez-vous, dire non ne signifie pas entrer en confrontation avec les autres, bien au contraire ! Il est possible de bien formuler votre refus, tout en restant agréable, sympathique et professionnel.le, cela n’enlèvera rien à l’estime que l’on vous porte.

Alors, vous êtes prêt.e à à commencer ? Flow vous propose quelques exercices pour apprendre à dire non.

Des astuces pour savoir poser votre refus

Déculpabilisez

Pour commencer, libérez-vous de votre sentiment de culpabilité, apprenez à vous en détacher, vous vous sentirez plus léger.ère  ! Ce sentiment est naturel lorsque l’on a envie de tout bien faire, de se montrer aussi parfait.e que possible. Mais finalement, il vous paralyse et vous empêche de dire « non » alors que votre refus serait justifié. Relativisez, comprenez que dire non n’est pas un acte coupable. C’est une réaction normale qui peut vous aider à poser vos limites, à vous épargner, voire à vous protégez de ce que vous ne souhaitez pas.

Exercez-vous à dire non

Un souper auquel vous n’avez pas envie d’aller ? Pour commencer, entraînez-vous à dire « non » progressivement à des demandes sans importance. Puis, mettez-vous au défi de refuser petit à petit des demandes plus importantes auxquelles vous n’adhérez pas.

L’idée n’est pas de dire non par principe, mais d’apprendre à vous écouter davantage, à respecter vos limites, par exemple lorsque vous sentez que vous ne serez pas en mesure d’assurer une tâche supplémentaire demandée.

Sachez prendre le temps de la réflexion

Dire non à une sollicitation peut aussi demander un temps de réflexion, surtout lorsque l’on a pas encore l’habitude. De ce fait, n’hésitez pas à demander un petit temps de réflexion à votre interlocuteur. Cela vous permettra d’évaluer la demande à tête reposée, de voir si vous pouvez réellement y répondre, sans vous engager trop vite à quelque chose qui risquerait de vous mettre  dans la contrariété ou dans la difficulté.

Soyez sincère, aimable et positif !

Enfin, n’oubliez pas que l’on peut dire « non » avec le sourire, et c’est même mieux comme ça ! Lorsque vous devez formuler un refus, soyez posé et calme, faites preuve d’empathie et de considération. Le but est d’expliquer poliment à votre interlocuteur que vous ne pouvez pas répondre positivement à sa demande pour de bonnes raisons, sans vous confondre en justifications et en excuses.

Il s’agit de trouver le juste dosage entre l’affirmation de votre décision, la courtoisie et l’amabilité. Et si par chance, vous pouvez y ajouter un soupçon d’humour, c’est encore mieux !