À se rappeler en temps de SPM : le repos est important, et c’est une forme de productivité.

photo de profilZeineb Khalfallah le mardi 29 mars 2022

Dans le cadre du projet Flow Menstruel, notre équipe a réalisé une entrevue avec Gabrielle Arcaïni, gestionnaire de communauté chez Mme L'Ovary. Mme L'Ovary a pour mission d’offrir une alternative aux serviettes sanitaires et tampons jetables afin de réduire les déchets toxiques sur Terre.

Sa vision rejoint celle du projet Flow menstruel. La marque québécoise souhaite déstigmatiser le sujet des règles en encourageant les personnes menstruées à vivre leur cycle de façon saine et positive.

Dans cette entrevue riche de sens, Gabrielle nous raconte son quotidien au sein d'une entreprise qui œuvre pour le bien-être menstruel.

 

As-tu une routine de travail dédiée à tes journées de menstruations ? 

Avant de travailler pour Mme L’Ovary, je n’avais pas de routine particulière lors de mes lunes. J’essayais simplement de les oublier et de cacher mes douleurs du mieux que je le pouvais. Maintenant, j’ai la chance d’être dans une équipe de travail qui valorise l’écoute de notre corps.

Durant les deux premières journées de mes menstruations – souvent les plus douloureuses – j’écris à la team pour signifier que « je suis dans mes L’Ovary » (l’expression qu’on utilise pour dire qu’on a nos lunes !). Elles savent alors que je vais travailler plus lentement, à mon rythme.

Avant de commencer à travailler, je fais une petite séance de yoga doux pour accueillir mes menstruations. Ensuite, je me prépare un litre de tisane de feuilles de framboisier, traditionnellement utilisées en herboristerie pour soulager les crampes menstruelles. Finalement, je travaille avec mon sac magique sur mon ventre et dans le confort de mes culottes L’Ovary, bien évidemment !

 Je reste particulièrement à l’écoute de mon corps ; je vais donc faire des siestes au besoin ou me faire couler un bain si c’est ce que mon utérus réclame (les joies du télétravail !).

 

Comment ton employeur fait la promotion du bien-être menstruel au travail?

Nous sommes une entreprise composée de 100 % de personnes menstruées et nous vendons des culottes menstruelles ; il est donc naturel que le bien-être menstruel soit au cœur de notre quotidien ! 

Tout d’abord, chaque employée reçoit en cadeau lors de son embauche sa « Positive Period Box » comprenant : un kit de culottes menstruelles, le livre Journal intime menstruel ainsi qu'un Ebook qui donne des astuces pour gérer son cycle de façon naturelle et positive.

De plus, on a instauré quelques rituels qui nous permettent de prendre le pouls de la team (les quatre saisons du cycle menstruel impactent différemment non seulement notre corps, mais aussi nos émotions et c’est important d’en parler !). Par exemple, chaque matin sur notre canal de discussion, on commence la journée en s’envoyant un gif qui reflète comment on se sent ; c’est le moment de se partager dans quelle phase de notre cycle on se trouve. Au début de chaque réunion d’équipe hebdomadaire, on a aussi l’habitude de se poser une question « brise glace » qui permet de situer dans quel mood se trouvent les autres membres.

Je crois que ce qui m’aide vraiment à prendre soin de mon cycle au travail, c’est la possibilité d’arranger mon horaire en fonction de mon énergie. Si je ressens le besoin de ralentir durant mes lunes, je sais que je pourrais reprendre mes heures de travail après mes menstruations, soit durant mon printemps intérieur qui s’accompagne souvent d’une renaissance d’énergie et de créativité. Chaque membre de l’équipe est très autonome et peut construire sa to-do list de la semaine selon la phase de son cycle. Si on sent qu’on ne peut simplement pas travailler, on a aussi la possibilité de prendre un congé menstruel chaque mois, sans besoin de se justifier. On travaille actuellement avec une agente des Ressources humaines qui recense les meilleures pratiques des entreprises en matière de menstruations. On fait pousser dans notre jardin de projets un rapport pour donner des clés aux entreprises qui souhaitent être cycliquement responsables !

Nos co-fondatrices parlent elles-mêmes de menstruations de manière très spontanée. Il n’est pas rare que Érica nous envoie une vidéo d’elle en train de laisser aller ses émotions en « faisant la folle » ! Ça fait du bien de se donner mutuellement des conseils pour vivre nos menstruations plus positivement. D’ailleurs, on effectue une veille collaborative de tout ce qui est lié aux menstruations pour rester à jour des meilleures pratiques (plantes alliées, recettes, rituels, activités sportives, etc.)

Finalement, on se retrouve mensuellement en équipe et en communauté aux événements Table Rouge, auxquels on reçoit des invité.e.s spéciaux.ales pour déstigmatiser tout ce qui concerne les menstruations. C’est un beau moment de partage de savoir.

 

Que penses-tu du sujet des menstruations au sein des entreprises ? Est-il tabou ?

Bien évidemment, notre contexte d’entreprise est particulier puisqu’on baigne en plein dans les menstruations (pas littéralement, mais dans le sujet !). Il n’y a donc aucun tabou lorsque vient le temps de parler de sang, de douleurs et de tout ce qui touche aux menstruations. On est même allées parler de menstruations zéro déchet à la mairie de Montréal, dans le cadre de l’opération #sangdéchet visant à inciter les municipalités à subventionner les produits menstruels durables. On nous a remercié d’apporter le sujet dans une mairie ! Parce que, oui, les menstruations sont politiques !

Par contre, on est conscientes qu’au sein d’industries composées majoritairement de personnes non menstruées et/ou moins ouvertement féministes, le sujet peut être un réel tabou. On avait fait un sondage concernant les menstruations au travail auprès de notre communauté via une story Instagram.

On s’est aperçues que 63 % des personnes répondantes inventaient des excuses pour « caller malade » au travail pour éviter de dire à leur employeur qu’elles sont menstruées.

Selon moi, ce silence entourant les menstruations provient entre autres de la normalisation des douleurs menstruelles : « Toutes les femmes sont menstruées, ça ne doit pas être si pire que ça ! ». On a appris à accepter les douleurs sans se poser de questions et surtout, sans extérioriser comment on se sent. La réalité c’est que notre utérus se détapisse de l’intérieur et ça fait mal, on doit en parler ! Il y a aussi plusieurs personnes qui souffrent d’endométriose ou d’autres troubles du cycle menstruel, rendant les douleurs insupportables. Bref, près de la moitié de la population est menstruée ou le sera un jour, et pourtant, le sujet est encore plongé dans la honte et les tabous. 

Si chaque entreprise créait un espace ouvert et inclusif pour parler de menstruations, le bien-être physique et mental des employés s’en verrait grandement amélioré.

 

Comment peut-on le déstigmatiser selon toi ?

On sait que la stigmatisation des menstruations est un problème récurrent dans certaines entreprises. Ayant accès à une large base de ressources, de données et d’études sur la question, notre équipe travaille à créer un contenu destiné à implanter de bonnes pratiques en entrepreneuriat.

Je crois que la première étape pour déstigmatiser le sujet, c’est d’en parler. Mon motto c’est « savoir = pouvoir ». C’est pourquoi nos événements mensuels Table Rouge sont autant appréciés de notre communauté : c’est un espace pour parler de menstruations de manière décomplexée, pour partager le savoir et et nos expériences humaines. Ma mission en tant que Gestionnaire de communauté et de contenu est de démocratiser le savoir sur le cycle menstruel et de le rendre plus accessible. Grâce à notre Infolettre éducative du mois et nos publications informatives sur les réseaux sociaux, on fait tomber graduellement les tabous et surtout, on stimule la discussion.

En effet, pour reprendre notre pouvoir sur notre cycle, il faut d’abord le comprendre. Pour ma part, prendre la pilule contraceptive m’a complètement déconnectée de mon cycle naturel. En cessant la pilule et en apprenant comment mon cycle fluctue, quelles sont les différentes phases, comment prendre soin de mon corps, j’ai aussi appris à être plus à l’écoute et à davantage accueillir ma nature cyclique. Je crois que même les personnes non-menstruées devraient être mieux informées pour être de meilleur.e.s allié.e.s. Pour déstigmatiser les menstruations au travail, il importe aussi que les employeur.e.s prennent conscience que nous sommes des êtres cycliques, et que la productivité ne peut pas être linéaire.

Finalement, je crois qu’il est essentiel de transformer la vision que l’on a des menstruations en tant que société. Les menstruations sont encore souvent dépeintes comme sales et gênantes, alors qu’en fait, elles sont un processus naturel et un signe de santé qui mérite d’être honoré chaque mois.

 

Que conseilles-tu aux femmes professionnelles qui souffrent de SPM ?

Pour moi, le game changer a été de suivre mon cycle menstruel grâce à mon Journal intime menstruel. Ce rituel permet de mieux connaître notre corps et notre tête en fonction des différentes phases de notre cycle et de bâtir notre horaire du mois en conséquence. Par exemple, je conseille d’éviter les meetings importants durant notre phase prémenstruelle, surtout si on sait qu’on souffre du syndrome prémenstruel (SPM).

Ensuite, les plantes peuvent être de merveilleuses alliées pour atténuer le SPM. Boire des tisanes, adapter son alimentation et faire du yoga doux peuvent être de bonnes habitudes à adopter avant et pendant nos menstruations. L’important, c’est vraiment d’être à l’écoute de son corps et de se donner de la douceur. C’est absolument correct de ne pas être productif.ve tout le temps.

À se rappeler en temps de SPM : le repos est important, et c’est une forme de productivité.

 

Téléchargez le e-book Flow Menstruel pour découvrir d'autres histoires d'entreprises flexibles.